boxe pre combat

REGLEMENT
DE LA
BOXE
PRE COMBAT


ECHEANCIER :

1. 01/07/05 : proposition d’un règlement soumis à la CNO
2. du 01/09/06 au 12/02/06 :
• répertorier, et former, à l’arbitrage et au jugement de la boxe pré
combat, sur la base du volontariat, les officiels nationaux et inter
régionaux de boxe éducative assaut. Sur proposition du Président de la
CNO, la formation pourrait se dérouler en deux temps :
-Au niveau régional, ces officiels seraient appelés lors de rencontres
amateurs, à juger en doublon, parrainés par des officiels de boxe
amateur.
-Au niveau inter régional, stage en situation réelle, au cours duquel
seront décernés l’aptitude à juger, et arbitrer la boxe pré combat.
• Informer les clubs, lors des AG de rentrée des Comités Régionaux, par
l’intermédiaire des responsables inter région.
• Par région, contacter, et préparer les secouristes AFPS aux risques de la
boxe pré combat.
3. à partir du 18 février, et à la condition d’avoir un effectif d’officiels
suffisant, expérimentation de la pratique boxe pré combat sur les
compétitions juniors, seniors, hommes et femmes.
4. 01/06/06 : évaluation par une commission de suivi de la pratique, pour,
application ou non, la saison suivante, à tous les débutants, à partir de la
catégorie cadets.
Page 1 sur 3


OBJECTIFS

1. protéger le débutant amateur pour lequel une entrée prématurée en boxe
combat se révèle trop souvent difficile, et favorise un abandon précoce de
la discipline.
2. favoriser le passage de la boxe éducative assaut - pratique très sécurisée, à
la dureté de l’opposition qu’est la boxe amateur
3. simplifier les procédures
• de demandes de licences
• d’organisation de compétitions
PRINCIPE

Cette pratique :

• elle autorise la frappe, contrairement à la boxe éducative assaut,
• elle comporte des aménagements : - matériel – règlementaires, qui
sécurisent plus que la boxe amateur
CADRE REGLEMENTAIRE

1. conditions d’organisation :
Identiques à la boxe éducative assaut, hormis les points suivants :
• le nom du délégué doit être préalablement mentionné par
l’organisateur
• la présence d’un secouriste titulaire d’une AFPS datant de moins de 2
ans averti, et préparé aux risques de l’activité.
2. les officiels :
• le délégué : responsabilité accessible à un délégué de boxe amateur –
à un président de club, de CR, de CD, et un entraîneur titulaires du
BEES, ayant suivi une formation complémentaires et certifiés
• les juges et arbitres : responsabilité accessible aux officiels de boxe
amateur – officiels BEA – entraîneurs, prévôts, BEES, ayant suivi une
formation complémentaire et certifiés
CODE SPORTIF

1. Tenue :
Identique à la boxe amateur, mais avec un casque intégral, homologué FFB
2. licences :
conditions d’attribution identiques à la demande de BEA.
3. autorisation à combattre :
Elle est ouverte à tout licencié BEA junior et senior homme et femme.
Un écart de deux ans maximum doit être respecté pour une rencontre entre
un junior et un senior.
4. critères de jugement :
• tout coup donné avec la tête des métacarpiens et les premières
phalanges sur la partie antérieure et latérale du tronc et de la tête,
donne un point quelque soit la puissance du coup.
Page 2 sur 3


• Le jugement se fait sur boîtier ou tout système de comptabilisation
électronique.
• Le juge valide les avertissements sur le modèle de la boxe amateur.
5. critères d’arbitrage :
L’arbitre n’interdit pas de frapper, mais il a un rôle prépondérant dans la
sécurité des boxeurs. Il opère selon les règles de la boxe amateur, hormis les
aménagements suivants :
• il remet les boxeurs au centre du ring lorsque l’un des deux boxeurs
est manifestement mis en difficulté par la puissance de son adversaire
• Il intervient sur les enchaînements trop longs et ramène les boxeurs
au centre du ring
• Le nombre de retours au centre est à l’appréciation de l’arbitre, et,
selon, se conclure par une décision par insuffisance technique.
• Il demande le score des juges à la minute de repos et stoppe le pré
combat, si la majorité des juges attribue 15 points ou plus d’avance
pour un boxeur. Une décision aux points est rendue.
6. blessures :
• si une blessure sur coup régulier, intervient à la première reprise,
aucun boxeur n’est déclaré vainqueur ( décision : S.D.)
• toute blessure sur coup régulier à la seconde ou troisième reprise,
entraîne l’arrêt de la rencontre et une décision aux points
7. les knock – down :
Les règles de la boxe amateur sont appliquées, hormis les
particularités suivantes :

• si un knock-down intervient à la première reprise, aucun des boxeurs
n’est déclaré vainqueur ( décision : S.D.)
• si un knock-down intervient à la deuxième et troisième reprise, arrêt du
pré combat, et une décision aux points est rendue.
8. les catégories de poids :
Elles sont identiques à celles de la boxe amateur
9. la durée des rencontres :
• 3 reprises de 2 minutes, espacées d’une minute de repos
• Le chronomètre n’est arrêté que sur incident matériel à la demande
de l’arbitre.
10.délais de repos entre les rencontres :
Identiques à la réglementation amateur, hormis les aménagements suivants

• jet de l’éponge pendant une phase de pré combat : décision PP
• jet de l’éponge après un KD : décision PAA ( 10 jours de repos)
• Out scorring : décision PP
• KO : 28 jours.
11.nombre de points attribués sur le livret : ( reste à déterminer)
Page 3 sur 3